Le sémioscope

L'essence des choses devant nous rester toujours ignorée, nous ne pourrons connaître que les relations de ces choses. (Claude BERNARD)
Accueil > Perspectives >

Application à la psychologie

Le comportement humain étant étroitement lié au traitement de l’information, il semble évident que la psychologie offre un vaste champ d’investigation au Sémioscope. La psychologie expérimentale, la psychologie du comportement ou la psychopathologie sont autant de spécialités qui peuvent bénéficier d’une méthode d’analyse simple mais puissante.

Par exemple, les deux processus psychiques que sont « la différenciation, qui implique un mouvement vers l’unicité en se distinguant d’autrui et l’intégration, son opposé, qui implique l’union à d’autres gens, à d’autres idées et à d’autres entités au-delà du soi » (M. Csikszentmihalyi) se projettent aisément sur l’axe ontologique. De même, l’ennui et l’anxiété, deux états qui résultent d’une désynchronisation entre les capacités de l’individu et les exigences de la tâche qu’il doit accomplir, méritent d’être étudiés sur un axe temporel. Les relations entre le corps et l’esprit, quant à elles, s’analyseront plus vraisemblablement sur un axe structurel.

Autre exemple, on répartira aisément sur le schéma ci-contre les questions fondamentales, que résume Csikszentmihalyi, en fonction de leur contenu sémantique.

Pour éviter une simplification sans doute excessive, opposant par exemple les comportements introversion/extraversion (axe X), passéiste/futuriste (axe Y) et praticien/théoricien (axe Z), nous laisserons aux spécialistes le soin d’effectuer les rapprochements qui s’imposent.